Développement de la pêche durable et responsable aux Marquises – 27 mai 2017

Les élus de la CODIM ont souhaité réunir la population de Hiva Oa dans la salle de sport ce samedi 27 mai 2017 à 9H pour l’informer du projet de développement de la pêche durable et responsable, Hiva Toa. Le public a pu entendre les partenaires privés représentés par la SARL BIG EYE, les coopératives de pêches et la société privée, GA.MA qui avait la responsabilité de la démarche participative en 2016.

Consultez le compte-rendu de cette réunion pour plus de détails (PDF, 234 Ko)

Te ata o hiva, symbole de solidarité et de développement économique

Te ata o hiva, symbole de solidarité et de développement économique

L’esprit de solidarité a encore régné dans les îles Marquises. Le samedi 3 décembre 2016 à 10H du matin, la commune de Hiva Oa a accueilli la navette Te ata o hiva dans toute sa tradition aux sons des pahu (tambours), aux Mave mai (accueil oral chanté) et aux Haanaunau (incantation aux dieux pour la protection).

L’accueil était un événement solidaire car les administrés des communes voisines, Tahuata et Fatu Iva, les engagés du service civique de la CODIM, le comité du tourisme de Hiva Oa et les services du Pays ont contribué à l’organisation de cet accueil. Lire +

Une semaine de travail intense en France

Une semaine de travail intense en France

Une délégation de la CODIM s’était déplacée en France du 11 au 15 avril 2016 pour accomplir 3 missions. L’innauguration de l’exposition Mata Hoata au musée du Quai Branly, du lobbying avec les autorités de l’Etat et des échanges avec des communautés de communes dans le Cantal étaient dans le programme de leur déplacement. Lire +

Le tourisme

L’archipel des Marquises regroupant un chapelet de 12 îles, dont 6 inhabitées, est un espace naturel où terre et mer se marient pour offrir un bien-être quotidien à ses habitants. Son isolement lui a permis de protéger l’authenticité d’une nature spectaculaire et bienveillante, d’une culture marquisienne vivante et d’un savoir-être marquisien d’un peuple uni et fier de sa culture. C’est d’ailleurs ce qui a séduit les artistes Paul Gauguin et Jacques Brel qui ont vécu sur « ces îles du bout du monde ».

Lire +

La pêche

L’océan Pacifique dans lequel  sont situées les Marquises, offre une mer poissonneuse et le secteur de la pêche a un fort potentiel économique. Les ressources halieutiques, en thon rouge principalement, mais aussi en nombreuses autres espèces pélagiques et côtières, sont en effet particulièrement riches. De plus, la pêche artisanale est une activité ancrée dans la culture et l’organisation économique locale.

Lire +

L’agriculture

Avec un climat tropical, les îles des Marquises possèdent un sol très fertile où se développe une agriculture locale saine. La production de coprah arrive en tête des exportations vers Tahiti avec plus de 3500 ha de cocoteraie dispersés dans tout l’archipel. S’y ajoute les productions fruitières et la culture du « noni ». En ce qui concerne l’élevage, les productions animales s’élèvent en terme de chiffre d’affaire en 2011 à 80 millions cfp (672 000 euros) selon les données du SDR. Le taux d’autoconsommation et la vente par des circuits informels élevé (77%)  au sein de l’archipel met en avant le fait que la population marquisienne vit de ce qu’elle produit.

Lire +